Risques d'effets secondaires dans la notice



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Risques d'effets secondaires dans la notice - difficile à interpréter

Les effets secondaires du médicament doivent figurer sur la notice. De nombreux patients ne peuvent pas classer les risques mentionnés. Mais les professionnels de la santé peuvent-ils faire mieux? Les chercheurs de Lübeck voulaient savoir. Résultat: non, ils évaluent trop souvent les risques.

Les scientifiques ont constaté que même les médecins et les pharmaciens ont du mal à évaluer correctement la fréquence des effets secondaires. Selon les chercheurs de Lübeck, ils surestiment clairement le risque d'effets secondaires.
L'Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux (BfArM) spécifie un codage pour la fréquence des effets secondaires. Cinq termes sont définis: «très souvent», «fréquemment», «occasionnellement», «rarement» et «très rarement». Des numéros de probabilité et des cotes leur ont été attribués en relation avec les effets secondaires. Les effets secondaires sont par exemple «commun» s'il survient chez moins de 1 personne sur 10 mais plus de 1 personne sur 100.

Or, il s'est avéré que les descriptions verbales des médecins, pharmaciens et avocats ne sont pas correctement évaluées. Le risque d'effets secondaires est significativement surestimé, surtout lorsqu'il s'agit de décrire «commun» (60% au lieu de 10% correctement).

Source: Ziegler A, Hadlak A, Mehlbeer S, König IR: Compréhension de la description des effets secondaires dans les brochures d'information sur les médicaments - enquête auprès de médecins, de pharmaciens et d'avocats. Dtsch Arztebl Int 2013; 110 (40): 669-73.

Image: PeterFranz / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source


Vidéo: The Side Effects of Vaccines - How High is the Risk?


Article Précédent

Soins palliatifs pour les enfants en phase terminale

Article Suivant

Schaar critique la rage des données de la caisse maladie