Malnutrition: "condition insoutenable"



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La malnutrition chez les personnes nécessitant des soins pourrait être évitée par une thérapie diététique. Selon le Tribunal social fédéral, il est considéré comme un recours, mais n'est pas pris en charge par les caisses maladie.

Mi-février, le Rheinische Post a publié un article bien fondé faisant référence à une étude en cours du gouvernement fédéral et dénonçant la malnutrition chez les patients en Allemagne. Dans cette étude (étude ErnSiPP), qui a été préparée et récemment publiée dans le cadre du 12e rapport nutritionnel du gouvernement fédéral, la situation des personnes âgées nécessitant des soins dans les ménages privés a été examinée de plus près pour la première fois. Résultat terrifiant: deux personnes sur trois qui ont besoin de soins à domicile souffrent apparemment de malnutrition. À 13 pour cent, leur part est deux fois plus élevée que dans le reste de la population. En outre, 57 pour cent supplémentaires sont exposés à un risque élevé de malnutrition.

Beaucoup de ces personnes qui ont besoin de soins, ainsi que d'autres maladies, souffrent de perte d'appétit, de sensation de faim et de soif réduite et de difficultés à mâcher et à avaler. Ils évitent certains aliments puis mangent de plus en plus à sens unique jusqu'à ce qu'ils souffrent enfin d'une malnutrition importante. Les personnes soignées à domicile, en particulier, ont des habitudes alimentaires problématiques.
Association des diététiciens - Deutscher Bundesverband e. V. (VDD) critique les chiffres comme scandaleux et qualifie la situation de dramatique. Cela est également reconnu par la partie politique, a déclaré la présidente du VDD, Doris Steinkamp, ​​dans un communiqué. Cependant, il n'y a toujours pas de réelle volonté de changer la situation. Jusqu'à présent, seuls les symptômes ont été manipulés, au lieu de s'attaquer fondamentalement au problème.

Il y avait des possibilités, car déjà en 2000, le Tribunal social fédéral avait estimé que la diététique devait être considérée comme un remède. Cela devrait en fait permettre aux patients souffrant de malnutrition d'avoir droit à des conseils et à un soutien professionnels, qui devraient également être financés par les compagnies d'assurance maladie. Malheureusement, la thérapie diététique est toujours refusée aux patients et n'est pas prescrite comme un avantage.

Un autre exemple: si la déglutition fait mal constamment, les orthophonistes peuvent travailler avec les patients. Cependant, un diététicien ne peut pas être inclus en tant que spécialiste de la nutrition car la diététique ne peut pas être prescrite. La VDD exige que les patients puissent s'alimenter de façon autonome le plus longtemps possible et bénéficier de soins suffisants et équilibrés.

«L'expertise est là, les diététiciens sont spécialement formés pour cela et sont disponibles en tant qu'experts. Néanmoins, ces conditions insoutenables de malnutrition surviennent dans notre pays parce que le financement à lui seul n'est pas assuré », critique Doris Steinkamp. Les services infirmiers et les orthophonistes souhaiteraient inclure les diététiciens dans le traitement des patients souvent plus âgés et multimorbides, mais ont également échoué à cause du financement. Le président du VDD appelle enfin les responsables à apporter des changements. (pm)

Image: Gerd Altmann, Pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: WATCH: The reality of malnutrition among children


Article Précédent

Soins palliatifs pour les enfants en phase terminale

Article Suivant

Schaar critique la rage des données de la caisse maladie